blog de cours2maths.com - Arnaud Glorion

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Anecdotes de mon quotidien de prof

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 5 janvier 2010

Premier cours de l'année

4 janvier, premier cours de l'année.
Je n'étais pas très motivé, mais mon élève l'était encore moins.
Je lui avais demandé mi-décembre de reprendre un exercice déjà proposé fin novembre, cette fois après lui avoir donné quelques pistes de recherche.
4 janvier, résultat du parcours : rien. Mon élève me narre sa démarche, qui manifestement s'est résumée à regarder fixement l'énoncé de l'exercice, tout en réfléchissant intensément.
Que lui dire, si ce n'est que moi même je n'y arriverais pas de cette façon, qu'il me faut écrire, commencer par recopier les données essentielles, éventuellement bricoler un schéma, car le crayon guide ma pensée.
Pendant que je lui explique cela, je reçois un appel : "Bonjour, je prépare actuellement un D.A.E.U. Actuellement, on aborde les dérivées, et pour moi, tout ça c'est du chinois. J'ai arrêté les études en 3ème, et à l'époque je ne travaillais pas." J'explique rapidement à mon interlocutrice qu'il nous faut un entretien plus long, et que je ne peux pas dans l'immédiat lui consacrer le temps nécessaire. Je lui recommande de me rappeler dans la soirée.
En raccrochant, je relate la conversation à mon élève. En aura-t-il retiré une quelconque leçon ?

samedi 21 février 2009

Motivation

Expérience rare aujourd'hui.
Pour situer le contexte, j'ai une nouvelle élève depuis le début de la semaine passée.
Terminale S, mais un niveau très léger (à vrai dire, je ne pensais pas que l'on pouvait se situer à un niveau aussi bas en Term S).
Par contre, dès la première séance, une motivation hors du commun.
Analyse forcément caricaturale de ma part, mais, je pense, pas très éloignée de la réalité.
Pour en venir aux faits, nous avions programmé un grand nombre de séances sur la quinzaine passée, et évidemment, après chaque séance, j'avais donné de quoi grignoter jusqu'à la suivante, autrement dit des exercices.
Au fil des jours, la crispation du début avait fait place à des sourires, c'était très bon signe.
Aujourd'hui, à mon arrivée chez elle, elle me dit d'emblée : "Je n'ai pas réussi à faire le problème sur les ln (*), mais j'ai fait des recherches dans mon livre, et je me suis trop éclatée".
Entendre ça un vendredi, en fin d'après-midi, c'est une belle conclusion de fin de semaine, non ?
Merci la miss (**) !

(*) ln : logarithme népérien. En effet, je lui avais proposé ce problème un peu vite, en fin de séance, sans vérifier la conformité avec ce qui avait déjà été vu en classe.
(**) Et bien oui, je ne vais lâcher ton prénom ici sans ta permission !

Dédicace : merci à Salvanah pour le brainstorming au sujet du titre.

dimanche 8 février 2009

Mes élèves sont (parfois) trop mimis

Mes élèves me font parfois des surprises involontaires (et dont ils sont les premières victimes) à cause de leurs smileys et différents dessins pré-définis dans leur messagerie MSN.
Voici ce que cela a donné il y a quelques jours quand une de mes élèves a voulu me souhaiter bonne nuit après avoir pris date pour le lendemain.

Mignon, non ?

lundi 5 janvier 2009

Une bonne résolution : je n'offre plus de soutien gratuit aux inconnus

En plus de mes élèves réguliers (j'entends par là ceux dont les parents me rémunèrent), il m'arrive souvent d'aider des inconnus.
Je crois que ce soir dimanche a eu lieu la dernière fois avant longtemps.
Pourquoi ?

Lire la suite...

vendredi 5 décembre 2008

Bourrique !

Il arrive parfois que des élèves que j'ai classés dans la catégorie "indécrottables cancres" réservent d'agréables surprises.
Car oui, j'ai la faiblesse d'avoir mes têtes, même si bien sûr je ne fais pas état de mes préférences devant mes élèves.
Une de mes élèves (je l'appellerai Nolwenn) répondait l'été dernier aux caractéristiques nécessaires pour apparaître dans la catégorie des cancres.

Lire la suite...

vendredi 3 octobre 2008

On ne travaillera peut-être pas longtemps ensemble...

Un mercredi comme les autres, journée dense bien que relativement courte à cette période de l'année.
J'ai prévu d'enchaîner trois séances de deux heures de cours chacune, la première débutant à 12h15, la dernière devant terminer à 19h30.

Lire la suite...

mercredi 16 juillet 2008

Génération calculatrice

Lu chez LIL, Lauriane In Live

Dure prise de conscience il y a quelques temps: je suis vraiment un âne en calcul mental. Mais j'ai une excuse en or! ha ha ha! Je fais partie de la génération calculatrice. Au moindre calcul à faire je sors ma super Casio et zou j'économise ma petite cervelle pour des choses bien plus importantes!

Billet entier

Je destine ce lien à deux de mes nouvelles élèves (lesquelles se reconnaîtront) :
- la première qui pour calculer (4/5) ÷ (1/5) ouvre le boitier de sa calculatrice, commence à tapoter l'opération, s'aperçoit que sa machine n'est pas restée allumée, cherche nerveusement son interrupteur, retape l'opération en s'énervant encore plus, recommence car elle a oublié les parenthèses, puis au bout de 30 bonnes secondes, m'annonce fièrement 4.
- la seconde, qui a compris que si elle libérait un peu de temps de cerveau pour calculer mentalement certaines opérations simples, elle gagnait du temps et limitait les risques d'erreur.