À lire et entendre ici.
Si vous n'arrivez pas à écouter l'enregistrement, ce n'est pas bien important, l'essentiel de la chronique se trouve dans le texte.
À noter qu'une vidéo repérée hier par Info a déjà disparu...

Avis personnel, en quelques mots : pour avoir déjà testé quelques-uns de ces services, je ne suis pas particulièrement emballé, même si je vois quelques idées intéressantes.
C'est donc sans crainte d'une hypothétique concurrence que je parle ici de cette chronique.
Je pense sincèrement que tant qu'il n'y aura pas plus d'interactivité dans ces services, les cours à domicile ont encore de beaux jours devant eux.
Je m'explique : quand par exemple une vidéo de 20 minutes retrace un cours magistral sur les puissances, un élève qui ne comprend pas une notion peut toujours cliquer sur "pause", la vidéo va certes s'arrêter, mais il pourra attendre longtemps une précision.
En réalité, mis à part le fait que c'est sans doute "hype" parce que c'est sur Internet, je ne suis pas sûr que cela puisse se substituer à un cours en classe, à un texte bien écrit, et encore moins à un cours particulier.
Pis, je crois même que l'interactivité est moins présente qu'avec un livre, que l'on peut feuilleter, où l'on peut se repérer grâce au plan et à la table des matières.
Allez donc regarder une vidéo en diagonale !
Autre point, s'agissant des jeunes ayant des problèmes de méthodologie, ou rencontrant des difficultés de concentration, je ne suis pas sûr que le fait de les planter devant un film, aussi bien fait soit-il, soit de nature à les aider.
Par contre, à titre d'outil complémentaire à des cours en face à face, cela peut être intéressant je pense pour accompagner le travail personnel.
Ce n'est d'ailleurs pas pour rien qu'il m'est arrivé de conseiller certains médias à mes élèves, mais dans la majorité des cas, même s'il s'agit d'élèves motivés par mes cours, je suis presque certain que ces documents n'ont pas été consultés...

Vos avis ?

Edit immédiat : Par curiosité, je viens à l'instant de visionner une des vidéos présentes sur la page consacrée à cette chronique de France Info :

On va dire que je chipote, mais il y a quand même un petite erreur de la part de l'auteur : ce n'est pas "k n'est pas unique" qu'il fallait dire ici (ce qui voudrait dire qu'il existe plusieurs valeurs de k, mais bien "k n'existe pas".
En effet, la colinéarité de deux vecteurs est démontrée s'il existe un réel k unique tel que l'un est égal à k fois l'autre.
A contrario, la non-colinéarité est démontrée s'il n'existe pas de réel k vérifiant cette relation.