4 janvier, premier cours de l'année.
Je n'étais pas très motivé, mais mon élève l'était encore moins.
Je lui avais demandé mi-décembre de reprendre un exercice déjà proposé fin novembre, cette fois après lui avoir donné quelques pistes de recherche.
4 janvier, résultat du parcours : rien. Mon élève me narre sa démarche, qui manifestement s'est résumée à regarder fixement l'énoncé de l'exercice, tout en réfléchissant intensément.
Que lui dire, si ce n'est que moi même je n'y arriverais pas de cette façon, qu'il me faut écrire, commencer par recopier les données essentielles, éventuellement bricoler un schéma, car le crayon guide ma pensée.
Pendant que je lui explique cela, je reçois un appel : "Bonjour, je prépare actuellement un D.A.E.U. Actuellement, on aborde les dérivées, et pour moi, tout ça c'est du chinois. J'ai arrêté les études en 3ème, et à l'époque je ne travaillais pas." J'explique rapidement à mon interlocutrice qu'il nous faut un entretien plus long, et que je ne peux pas dans l'immédiat lui consacrer le temps nécessaire. Je lui recommande de me rappeler dans la soirée.
En raccrochant, je relate la conversation à mon élève. En aura-t-il retiré une quelconque leçon ?